Accueil > Actualités > Vie professionnelle > Givenchy : un défilé à 150 000 €

Institutions judiciaires

06|10|2017

Givenchy : un défilé à 150 000 €

Il n’y a pas que les gens de justice qui aiment le palais de justice de Paris. Les couturiers aussi. Givenchy y a organisé son défilé dimanche 1er octobre. Au grand dam de certains habitués et notamment d’avocats qui n’ont pas forcément goûté que des mannequins se pavanent en talons aiguilles, là où des légions d’hommes et de femmes viennent confier leurs problèmes, voire leurs souffrances, là aussi où l’on menotte, enferme, juge et condamne. Seulement voilà, l’État a besoin d’argent et l’opération est rentable.


Équivalent de l'opéra Garnier.
Chaque année, rien que les tournages rapportent aux alentours de 200 000 € à la juridiction parisienne. À cette manne, s’ajoute parfois l’organisation d’un événement exceptionnel. Il faut dire que la salle des pas perdus est suffisamment vaste pour contenir près de 2 000 personnes, soit l’équivalent de l’opéra Garnier ou du Théâtre du Châtelet. Jusqu’à il y a peu, ces contrats de location (tournages, mais aussi organisation d’événements professionnels ou culturels) étaient gérés par la première présidence de la cour d’appel de Paris et les bénéfices revenaient intégralement à la juridiction. Mais en juillet 2014, le ministère de la Justice a décidé d’en récupérer la gestion et surtout de prélever au passage…50 % des recettes ! Désormais donc, la moitié va au budget opérationnel de programme (BOP) de la cour qui garde un quart pour son fonctionnement et donne l’autre quart au TGI. La partie prélevée par le ministère est attribuée au pôle communication de la direction des services judiciaires en charge du traitement des demandes de mise à disposition d'espaces en juridiction, et des actions de communication interne et externe de valorisation du patrimoine immatériel de celles-ci.


11 minutes.
Pour le tournage des œuvres cinématographiques, il existe un tarif fixé dans un arrêté du 22 novembre 2012. À Paris, cela va de 400 € à 9 000 € la journée, selon la nature du tournage, documentaire, court métrage, fiction de télévision, long métrage, le décor choisi (la salle des pas perdus du palais de justice de Paris coûte plus cher qu’un bureau), le jour de tournage (férié ou non), la longueur de celui-ci, etc. Pour les autres événements, il semble que les tarifs soient moins encadrés. En effet, la location au couturier Givenchy de la salle des pas perdus dimanche 1er octobre aurait été facturée 150 000 € pour un défilé qui n’a duré que… 11 minutes !


Les questions de sécurité, pour leur part, sont traitées par la cour elle-même. En particulier, les autorisations sont délivrées à des moments où cela ne gêne pas le service public de la justice. En l’espèce, le défilé a eu lieu le dimanche matin. Durant le procès Merah qui a débuté le 2 octobre et s’achèvera le 2 novembre, aucune autorisation ne sera en revanche délivrée.

Olivia Dufour


 
Lien vers l’arrêté https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=995F8887721802889DFAA8BC589504DE.tplgfr21s_2?cidTexte=JORFTEXT000026702569&idArticle=LEGIARTI000031592151&dateTexte=20151209&categorieLien=id#LEGIARTI000031592151